Récit A

Titre à choisir par le dernier Groupe

Attention… : pas de récits « diaboliques », « gores », … Merci de rester dans le cadre éducatif de notre institution.
Bien vérifier la concordance des temps avec le récit précédent, l’orthographe et la ponctuation.

A la fin de votre récit, merci de noter : Fin partie N°…  Classe de Mme M …..  Institution …..

Emilie se réveilla tôt comme à l’accoutumé. Elle se trouvait dans le dortoir miteux des filles de l’orphelinat Sainte Escale à Paris . Nous étions en 1943, le 20 décembre.

Emilie se leva, s’habilla d’une vieille robe et descendit l’escalier pour prendre son petit déjeuner dans la salle commune. En chemin , elle rencontra Alex qui écrivait des insultes sur

le mur  grisâtre du couloir. Emilie et Alex étaient frère et sœur, ils avaient 12 ans. Ils étaient jumeaux ! Pourtant ils étaient très différents  : Emilie était une élève

brillante alors qu’Alex était le cancre de la classe. Alex regarda sa sœur, lui tira la langue et partit en courant.

  Le petit déjeuner terminé, Emilie se rendit au cours de Français. Elle s’assit à côté d’Elisabeth, sa meilleure amie. Tous les élèves  commencèrent à écrire la dictée du jour.

Tous sauf Alex qui encore une fois faisait des dessins sur son cahier . On pouvait distinguer un soldat en uniforme avec un casque portant un fusil sur l’épaule. Il brandissait

de l’autre main un drapeau français.

En effet, nous étions en 1943 ; la France était alors occupée par les armées du Reich. Emilie et Alex n’avaient pas de nouvelles de leur père parti se battre en 1939.

 A la fin de la journée, Emilie monta au dortoir avec ses camarades.

Elle aussi pensait beaucoup à ses parents dont elle était privée ; toutes les nuits elle imaginait son père sous les bombes ; quant à sa mère, c’était l’image d’elle emmenée en pleine

nuit par la milice française qui la hantait. Sa mère en effet aidait la résistance – du moins c’est ce que Emilie et Alex avaient déduit en observant son comportement bizarre- elle

avait été dénoncée, arrêtée et fusillée. C’était pour cela que les deux orphelins s’étaient retrouvés dans ce pensionnat.

Le lendemain, Emilie retrouva son frère. Il n’était pas en train de faire des bêtises ; cette fois il avait même un air grave. «  La directrice vient de nous apporter cette lettre, lui dit- il »

 Les enfants ouvrirent nerveusement l’enveloppe marron. Ils ne recevaient jamais rien. A l’intérieur, se trouvaient deux médaillons : l’un représentait un ange, l’autre un démon. 

Fin de partie 1 Récit A  . classe de 6èmeB  Mme Clemençon M. Parage   Institution Sainte Marie CASTELJALOUX
—————————

Sauf erreur de ma part ( voir votre planning ) c’est Laurence MAITRE , qui poursuit ce récit ( partie  A2 )

.




astridyu |
Enzo |
Roméo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ManueandCo
| Lilas
| Frédéric GARCIA , GéNéALO...