Récit B

Une vie secrète 

Récit B1

Il était une fois, un jeune garçon nommé Paolo. Il avait 13 ans et vivait à Malaga, en Espagne. Ce Franco-espagnol habitait une ferme isolée, entourée de prés. Son père, espagnol, était un ancien torero. Il était célèbre dans le monde entier. Lors d’un spectacle, ce dernier avait été grièvement blessé par un taureau. Il avait failli mourir mais avait survécu au terme de longues semaines de convalescence. Depuis ce jour, il n’avait plus jamais été en contact avec un taureau. Sa mère avait eu tellement peur qu’elle était restée traumatisée par cet accident qui aurait pu coûter la vie à son tendre époux. Cette Française n’avait jamais beaucoup apprécié la corrida. Elle l’avait pourtant prévenu du danger mais à l’époque il ne l’avait pas écoutée. Dès lors, les taureaux étaient définitivement sortis de leur vie.

Mais Paolo rêvait secrètement de devenir torero comme son père. Ils avaient le même caractère : ils étaient tous deux intrépides, forts, courageux et volontaires. L’école n’était pas son point fort, il était souvent dans la lune, perdu dans ses rêves. Il était grand et mince. Son corps musclé et son regard de braise lui donnaient un charme fou. Ses longs cheveux blonds comme le soleil et ondulés tels des vagues couvraient parfois ses yeux noisette et balayaient ses tâches de rousseur.

Fin de la partie n°1 situation initiale Classe de Mme PATAUT Ecole Sainte-Marie COURVILLE-SUR-EURE

—————————

Un jour, c’était la rentrée des classes, Paolo était content de retrouver ses camarades. Il venait d’avoir 14 ans et ses parents avaient changé de métier : lui, livrait des pizzas et sa femme était couturière. Dans la classe de Paolo, il y avait un nouvel élève qui se prénommait Gersio.

Ils devinrent rapidement les meilleurs amis du monde. D’ailleurs, tous les soirs, ils rentraient ensemble car ils étaient voisins. Une fin d’après-midi, sur le chemin du retour, derrière un buisson, ils trouvèrent un médaillon aussi brillant qu’une étoile dans le ciel. Paolo le prit, le mit autour de son cou et se transforma…

Fin de la partie N°2 Classe de M. Roche Ecole Saint Joseph Roiffieux
——————————————-

Il se transforma en taureau mais il ne s’en rendit pas compte et continua de discuter avec Gersio qui en le voyant, s’enfuit en courant en prenant ses jambes à son cou !

Paolo ne sachant pas pourquoi son copain était parti en courant, essaya de le suivre et se rendit compte qu’il courait bien plus vite qu’avant.

Il s’arrêta et se regarda avec étonnement : ses bras et ses jambes s’étaient transformés en pattes de taureau avec une belle toison noire et brillante.

En se regardant de plus près, il vit le médaillon autour de son large cou et d’un coup de corne, l’enleva et se retransforma en Paolo l’humain.

Choqué, excité et surpris, il décida d’aller chez Gersio pour lui expliquer la situation. Il sonna chez son voisin qui lui ouvrit la porte.  Dès qu’il vit Paolo, Gersio se mit à trembler et lui demanda ce qui lui était arrivé.  C’est à ce moment-là que Paolo lui expliqua sa situation : lorsqu’il enfilait le médaillon, il se transformait en taureau. Gersio lui demanda de le faire devant lui : Paolo le fit et se métamorphosa en taureau.

A ce moment-là, arrivèrent les parents de Gersio qui eurent peur et le chassèrent de la maison.

Paolo s’enfuit, enleva son médaillon et se retrouva devant les arènes. Ce jour-là, il devait y avoir un spectacle, on y présentait les plus beaux taureaux du pays.

Ne pouvant résister, Paolo remit son collier et alla se présenter au public dans l’arène.  Il suivit les autres taureaux quand tout à coup, il aperçut le même médaillon autour du coup d’un autre taureau. Il l’observa de plus près et vit qu’il était blessé sur une de ses jambes.

C’est à ce moment-là qu’il pensa à son père. Il décida d’attendre la fin de la représentation : il se retransforma et suivit discrètement le taureau avec le médaillon. En sortant de l’arène, le taureau enleva son médaillon et Paolo vit que c’était son père. Il courut vers lui et lui demanda des explications. En se retournant, le père vit son fils avec le même médaillon que lui. Surpris, il lui demanda comment il l’avait trouvé. Paolo lui renvoya la question.

Le père lui annonça qu’il avait lui même fabriqué deux médaillons lorsqu’il avait eu son terrible accident, afin de pouvoir continuer à rentrer dans l’arène.

Il avait ensuite appris la magie avec un grand magicien de Malaga qui l’avait aidé à les fabriquer. Il avait conçu deux pendentifs pour en donner un à Paolo mais le grand magicien, jaloux avait décidé d’en voler un.

Le père ne savait pas comment il avait atterri sur le chemin.

C’est alors qu’apparut le magicien….

Fin de la partie n°3 Classe de Mme ARAGON, Ecole Notre Dame Marseille
————————————-

 

- « Que fais-tu ici vieil ami » interrogea Ernesto, le Père.

- « Qui est-ce ? » murmura Paolo à l’oreille d’Ernesto.

- « C’est le magicien à qui j’ai demandé, il y a bien longtemps, de me fabriquer un collier pour entrer dans l’arène. Nous en avions fabriqué deux et il en avait perdu un… c’est celui que tu as trouvé », lui répondit-il.

Malicieux, le magicien ordonna à Paolo, apeuré :

- « Aurais-tu vu une petite merveille à me donner ? J’ai perdu un beau médaillon ; il brille et surtout sent très bon ».

- « Non, celui que j’ai trouvé m’appartient », riposta Paolo.

- « Et où l’as-tu trouvé ? Il est à moi… »

- « Sur un trottoir », rajouta le jeune homme.

- « Très bien, maintenant rends-moi mon médaillon ! » insista le magicien, « Sinon… »

- « Sinon quoi ? » s’inquiéta Paolo.

- « Je te lancerai un sort et tu ne reverras plus jamais ton vieux père ! » s’exclama-t-il avec colère.

- « Mon fils, c’est un sorcier ! Ne lui donne surtout pas ton collier, confie-le moi ! »

- « Non ! » hurla brusquement le magicien.

Une dispute était sur le point d’éclater, lorsqu’Ernesto eut soudain une idée. Il récupéra le médaillon de son fils et l’emboîta avec le sien. Une lumière aveuglante envahit la scène et l’esprit du taureau s’en échappa. Le magicien disparut dans un nuage de poussières. On ne le revit plus jamais. En disparaissant, il laissa tomber derrière lui la muleta rouge d’un matador.

Ernesto s’adressa à son fils :

-  « Ecoute Paolo, oublie ce satané magicien et ne dit rien à ta mère. »

-  « Oui Papa, c’est notre secret ! » promit Paolo.

Fin de la 4e partie – Classe de Mme Dunoyer

Ecole saint Joseph de Rochefort
—————————–

Paolo prit la muleta rouge que le sorcier avait laissée lors de sa volatilisation.

Ils rentrèrent  chez eux et réfléchirent  à ce  qu’ils allaient faire du médaillon. La nuit portant conseil  Paolo suggéra à son père de brûler le médaillon.  Ils le  prirent, allèrent dans l’atelier et à l’aide du chalumeau ils le firent fondre. Lorsque les restes furent suffisamment refroidis ils firent un petit trou dans le jardin et l’enterrèrent. Paolo et son père décidèrent de ne plus jamais en parler.

Quelques années plus tard, le jeune garçon devint un grand et majestueux  matador, connut dans le monde entier. La muleta rouge ne le quitta plus et devint son porte –bonheur le protégeant et grâce auquel aucun taureau ne lui résista jamais.

Fin de la partie 5 , classe de Mme Darnal , école Notre Dame de Masseube.

 

 

 

 




astridyu |
Enzo |
Roméo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ManueandCo
| Lilas
| Frédéric GARCIA , GéNéALO...