Récit C

LE PENDENTIF MAGIQUE

Je suis où ? On dirait un labyrinthe !

Hey ! Bonjour ! T’es qui toi ? Comment ça, moi je suis qui ? C’est toi qui lis mon histoire !

Bon d’accord je vais me présenter.

Je m’appelle Lapis Lazuli, mais non je rigole, mon prénom est Ruby et j’ai 10 ans. Je vis au Kansas comme mon héroïne de bande dessinée « Dorothée » et je voulais vivre des aventures palpitantes comme elle.

J’habite dans un petit appartement au 13è étage d’un grand immeuble. Quelle idée de vivre ici ! En plus on est pile à côté de l’aéroport, pourtant on est en centre-ville, pas en zone périurbaine, enfin bref, on est pas en cours de géographie. Bon tout ça c’est chez ma mère ; mon père, lui, vit dans une maisonnette toujours sale. Il est alcoolique et sort souvent avec ses amis ; ma mère, elle, est plus raisonnable.

Mais bon parlons de moi, et seulement de moi. Je suis gentille mais pas très patiente. La plupart des garçons de la classe disent de moi que je suis casse-pieds et tête de mule ; mais mes amis me trouvent courageuse et maligne. J’adore les mystères et les histoires fantastiques. Je porte toujours mon pendentif doré, héritage de ma grand-mère que j’adorais.

Quoi ? Je parle trop ! Je sais, je suis aussi très bavarde, mais c’est toi qui m’a demandé de me présenter !

Bref, comme je te le disais, je voulais vivre des aventures et me voilà dans le pétrin on ne sait où !

Maintenant, écoute. Je vais te raconter ce qu’il s’est étrangement passé le mois dernier…

 Fin partie N°1  Classe de Mme Joscht   école Sainte Marie (33)
————————————–
 

Il y a un mois environ – tu te demandes sûrement comment je m’en souviens , en fait c’était la veille d’Halloween – mon pendentif s’est mis à trembler. Le sable qu’il contient a commencé à couler en sens inverse. J’ai alors senti une brûlure sur la peau et une douleur aiguë à la tête.

Au même instant, la sonnette de la porte d’entrée a retenti.

J’étais seule – ma mère n’était pas encore rentrée de son travail – je me suis avancée jusqu’à la porte, j’ai regardé par le judas – ma mère me dit toujours de ne pas ouvrir à un inconnu. A travers le trou, j’ai vu le visage d’un homme.

Il était plutôt grand et mince. Ses yeux étaient noirs. Ses cheveux noirs également tombaient sur ses épaules. Il portait une cape sombre qui le recouvrait de la tête aux pieds.

Il brandissait une arme et avait un regard menaçant et perçant : il me dévisageait, il semblait voir à travers la porte.

Cela me glaça le sang; je manquai de m’évanouir quand, tout à coup, le visage de l’homme partit en fumée et celui de ma grand-mère apparut à la place. Elle me tendait la main et me souriait.

Elle m’adressa la parole ( tu imagines ma stupeur ) :

  • je n’ai pas beaucoup de temps , il cherche ton pendentif, tu dois l’empêcher, je ne t’ai jamais dit … ce serait terrible …. beaucoup de malheur … retrouve-moi devant …
  • Grand-mère, attends, je ne comprends pas , ce n’est qu’un bijou…
  • pas n’importe lequel, il possède des pouvoirs … dès qu’il sera parti, rejoins-moi …

Elle n’avait pas eu le temps de continuer et je ne reconnaissais pas du tout l’endroit dans ma vision.

Fin de partie n°2, récit C, 6°B, Institution Sainte Marie, Casteljaloux, M.Clémençon & F.Parage
————————-

Je compris pourquoi le sable de mon pendentif s’était mis à couler à l’envers. Je regardai par la fenêtre et découvris que nous étions au XX ème siècle.
En effet, je vis des calèches et des charrettes. La forme des moustaches de certains messieurs m’étonnait. Les robes des dames étaient longues. Evidemment, je ne vis personne avec des téléphones portables…

J’avais remonté dans le temps…
Je décidai d’aller au cimetière car je pensais que cela pouvait être le lieu où ma grand-mère m’avait donné rendez-vous.
Ce cimetière se trouvait au bout de ma rue près de l’église. Soudain, j’entendis une voix. C’était celle de ma grand-mère. Elle dit :
- Fais attention ! L’homme que tu as vu à ta porte se trouve dans le cimetière.
Je n’arrivai pas à ouvrir le portail du cimetière. Le visage de l’homme m’apparut comme dans un songe. Je compris que c’était lui qui bloquait l’entrée et qu’il ne voulait pas que je découvre les secrets du pendentif.
Alors, je me mis à escalader le portail et je réussis enfin à rentrer… Au loin, j’aperçus ma grand-mère. Elle était très jeune et très belle dans sa longue robe rose. Je m’approchai et elle me dit :
Donne-moi ton pendentif, mon enfant, s’il te plaît …
Pourquoi ?
Je vais te révéler tous ses secrets !
Je lui tendis le pendentif qu’elle prit avec violence. Mais soudain, ma grand-mère partit en fumée et je vis l’homme à sa place !

Fin du récit 3 / CM2 / Christophe Crétois / Jeanne d’Arc (27)
——————————————-

Surprise, je reculai de quelques pas et fermai les yeux devant cette image effrayante. Lorsque je rouvris les yeux quelques instants plus tard, l’homme avait disparu. Alors, Je courus dans les allées du petit cimetière à la recherche de ma grand-mère. Le lieu était désert, il faisait froid et j’avais peur. C’est alors que ma grand-mère apparut :

«Ma chérie, tu as été forte et courageuse. Je vais te révéler le secret de ce bijou qui m’a été donné par mon père et qui a le pouvoir de me faire voyager dans le temps. Je te l’avais confié pour le mettre à l’abri de nos ennemis mais ils sont  de retour et je dois les éliminer. Ce pendentif est magique et il peut nous sauver de tous les dangers. Plus tard quand tu seras grande, ce sera ton tour de protéger l’humanité. Maintenant le temps presse, je dois repartir à la poursuite de l’homme que tu as vu tout à l’heure afin de l’empêcher de nuire.»

En une fraction de seconde ma Grand-mère disparut et je décidai de regagner mon appartement.  

Fin partie N°4 Classe de Laurence Maitre
——————–

Une fois rentrée et en sécurité, Grand-mère apparutt de nouveau à Ruby et lui expliqua qu’il existait une machine permettant de remonter dans le temps afin de pouvoir modifier le présent. Il fallait cependant être très prudent pour ne pas faire d’erreur et désorganiser totalement la réalité du présent.

La machine était cachée dans la cave de l’ancienne maison de sa grand-mère dans laquelle vivaient paisiblement son tonton et sa famille.

Ruby se précipita chez ses cousins, descendit à la cave. Sa grand-mère apparut et lui indiqua la marche à suivre et le code d’entrée de la machine. Une fois revenue dans le passé, au moment même où elle avait vu le méchant par le judas de la porte de son appartement. Elle attendit son départ comme la première fois et repartit chez son oncle pour revenir dans présent. Malheureusement, personne n’était là et Ruby dû entrer par la fenêtre de la cave. Ruby et sa grand mère élaborèrent un plan pour faire disparaitre le méchant et garder le pendentif.

Elles fabriquèrent un faux pendentif pour  appâter le méchant. Dès qu’elle l’apercevra elle dira une phrase magique.

Dans le cimetière, juste au moment où le méchant tendit la main pour lui voler le pendentif, Ruby dit : « A hora desaparece hasta nunca!».

Le pendentif s’envola. Le méchant se désintègra et se retrouva emprisonné dans le pendentif. Ruby détruisit le pendentif en sautant dessus à pieds joints, pour que plus jamais ce genre de problème n’arrive.

Ruby n’eut plus de visions de sa Grand-mère mais elle sut qu’elle resterait dans son cœur à jamais. Bien sûr elle ne parla de cette histoire à personne…

Fin partie N°5 – Classe de Magali Brouste




astridyu |
Enzo |
Roméo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ManueandCo
| Lilas
| Frédéric GARCIA , GéNéALO...